Home News Codec H.265 : des vidéos toujours plus légères ?
Codec H.265 : des vidéos toujours plus légères ? PDF Print E-mail
Written by Cyril Pineiro   


La future norme de compression vidéo qui devrait voir le jour en janvier 2013 prévoit des améliorations spectaculaires.

En effet, il semblerait qu’à qualité constante, les vidéos utilisant le codec H.265,
aussi appelé High Efficiency Video Coding (HEVC), présentent un poids réduit de
35 % à 67 % par rapport au standard actuel, à savoir le codec H.264 plus connu sous le nom de MPEG-4.

La communauté Green IT se lève et salue l’exploit ! Nous pourrons désormais poster et regarder
des vidéos en ligne sans culpabiliser à l’idée de charger des serveurs et d’occuper la bande passante.

Oui mais !

Une fois n’est pas coutume, notre challenger officiel, William Stanley Jevons,
pourtant mort il y a plus d’un siècle en 1882, nous affiche son fameux paradoxe…

Et paradoxe il y a puisque si les vidéos sont moins lourdes à télécharger,
je n’aurai d’une part, plus de problèmes pour regarder mon émission en
streaming
quand je le souhaite plutôt que lors de sa diffusion dont l’horaire
est fixe,
d’autre part, je pourrai la revisionner et la télécharger autant de fois
que je le
souhaite puisque ça sera vite fait.

Second paradoxe : pour accompagner le développement de ce nouveau codec, les
fabricants impliqués dans la définition du standard H.265 nous préparent l’arrivée de l’Ultra HD.

A l’origine nous connaissions tous la télévision PAL/SECAM. Les spécialistes savent quelle
respectait le format SD pour Définition Standard présentant une résolution de 720x576 lignes.

Les coupes du monde de football et autres événements sportifs internationaux
nous ont poussés à renouveler nos téléviseurs et à découvrir successivement
les formats HD Ready (aujourd’hui HDTV) de résolution 1280x720 puis Full HD de résolution 1920x1080.

L’Ultra HD devrait donc être la prochaine étape avec une résolution de 7680x4320
et donc des vidéos de meilleure qualité et un poids des fichiers naturellement plus conséquent.

Alors, serons-nous des adeptes décomplexés du streaming ?
Remplacerons-nous nos téléviseurs par la nouvelle génération pour profiter, à fond, du prochain mondial de 2014 ?

Une fois de plus, il semble que ce soit nos besoins et nos usages qu’ils faillent questionner et travailler.